Session au conseil Départemental du Morbihan (discours)


Nous siégeons aujourd’hui en session du Conseil Départemental du Morbihan. Porte-parole de la majorité retrouvez ci dessous mon discours introductif aux débats de la session. 

« Le mois de septembre marque une forme de renouveau dans le quotidien de chacun, et notamment des plus jeunes avec la rentrée scolaire.

 

Dans le Morbihan, ce n’est pas moins de 36.300 collégiens du public, comme du privé qui ont regagné les chemins de l’école.

 

Cette rentrée s’est bien passée. Chaque collégien a pu être accueilli dans de bonnes conditions dans son collège. Certains ont été déménagés à Lorient dans l’attente de pouvoir bénéficier de locaux flambants neufs et à la pointe de la technologie l’année prochaine, et d’autres à Vannes ont été accueillis avec beaucoup de bienveillance à Jules Simon, sans difficulté particulière, et garantissant ainsi une meilleure mixité sociale du public collégien.

 

L’intervention très forte du Conseil départemental du Morbihan dans son réseau routier ou dans ses transports interurbains, terrestres ou maritimes, permet à de très nombreuses familles de pouvoir envoyer leurs enfants à l’école dans des conditions optimales, sûres et rapides.

 

Nos jeunes peuvent se rendre dans leurs écoles, leurs collèges, leurs lycées ou bien leurs établissements supérieurs. Tenir compte de la réalité territoriale, c’est aussi prendre soin de nos territoires ruraux et insulaires.

 

C’est un service public que le Département a su développer et valoriser depuis de très nombreuses années, et nous espérons que la Région Bretagne saura conserver ce haut niveau de service lors du transfert de compétence en 2017.

 

Miser sur l’éducation de nos enfants est primordial, c’est garantir un capital de savoirs et de savoir-faire pour les générations futures. C’est l’apprentissage du vivre-ensemble. Ce sont les connaissances qu’ils auront apprises et les compétences qu’ils auront acquises qui leurs permettront de s’épanouir plus tard sur le marché du travail. Le Département du Morbihan est là pour rester fidèle à la mission de l’Education Nationale : former des citoyens instruits, éduqués, cultivés et autonomes, dans le nouveau monde qui est le leur. Nous devons toujours respecter et défendre l’École. C’est un enjeu qui nous concerne tous.
Défendre l’École. Ce mot prend, dans le contexte actuel, un écho particulier. Dans un tel contexte, l’École se doit d’être exemplaire. Au sein de l’École, se forge une appartenance commune, fondée sur le respect des différences, mais aussi sur celui de l’affirmation de l’École comme un lieu de savoir, où chaque petit morbihannais est d’abord et avant tout un élève.

 

L’école se veut ouverte à tous et le Conseil Départemental apporte outils et soutien à ce noble objectif. Dans le monde qui vient, nous aurons besoin de savoirs et de connaissances. Mais c’est un monde où il faudra non seulement connaître, mais aussi et surtout savoir apprendre à apprendre, car, une fois adultes, nos collégiens morbihannais expérimenteront de multiples parcours et reconversions professionnelles.

 

Nous avons changé de monde.

 

Un monde qui ne nous attend pas et où nous aurons besoin d’esprit d’entreprise, d’audace, et d’innovation, et ces qualités doivent aussi s’acquérir au fil de la scolarité et au fil des voyages à l’étranger. C’est ce que nous faisons d’ailleurs en aidant les jeunes morbihannais à la mobilité internationale.

 

Un monde dans lequel nos élèves doivent pouvoir choisir leur destin professionnel, et donc leur orientation.

 

L’inversion de la courbe du chômage tant attendue n’est jamais venue. Nous pourrions polémiquer vainement sur ce sujet -sans surtout expérimenter ce qui fonctionne chez nos voisins européens- mais ce serait oublier les conséquences de cette hausse brutale du chômage mettant à mal notre cohésion sociale. Cette hausse entraine inéluctablement une augmentation de la précarité chez bon nombre de nos concitoyens. Notre devoir de solidarité et nos valeurs humanistes chevillées au corps nous engagent auprès de toutes celles et ceux qui souffrent.

 

Et pour cause, les dépenses sociales des Départements explosent, au point même où certains Conseils départementaux en viennent à ne plus savoir comment terminer l’année avec leurs budgets.

 

Ce n’est pas le cas dans le Morbihan car nous avons toujours eu une collectivité bien gérée, sans dépenses somptuaires, mais des investissements nécessaires, et des services adaptés uniquement aux besoins.

 

Et même pour ceux qui sont toujours dans l’emploi, le quotidien devient de plus en plus compliqué, avec un étau fiscal qui se referme inexorablement sur eux.

 

Nous devons libérer l’impôt, il ne doit pas être confiscatoire.

 

Aujourd’hui, les jeunes accèdent de plus en plus tard à la propriété. Peur des lendemains, des situations précaires, un marché du travail instable et des budgets serrés.

 

Afin d’aider les jeunes ménages -ou les moins jeunes d’ailleurs- à s’installer, nous allons voter tout à l’heure la baisse de la taxe d’aménagement de 1,5% à 1,3%. C’est un effort considérable mais qui pourra faire la différence dans une intention d’achat.

 

L’accès à la propriété c’est s’assurer un avenir et léguer quelque chose à ses enfants. C’est permettre une véritable mixité sociale sur le territoire morbihannais.

 

L’année prochaine nous allons connaître un calendrier électoral intense. Les enjeux sont énormes. Nous aurons besoin d’hommes et de femmes courageux, prêts à engager de vraies réformes pour ramener la France à sa juste valeur. Notre pays doit retrouver son juste poids sur la scène internationale pour faire rayonner nos valeurs et défendre nos intérêts. Notre pays doit jouer le rôle majeur, qui doit être le sien, afin de préparer notre économie et notre société aux enjeux cruciaux qui nous attendent dans les décennies à venir. L’année prochaine j’espère que nous ferons les bons choix pour préparer un avenir de progrès et de liberté à notre jeunesse.

 

Le désespoir et la désespérance de nos concitoyens vis-à-vis de l’action publique et du politique guète.

 

Mais, pour reprendre la formule de Sartre, le Dés-espoir n’a rien de désespérant, c’est au contraire, une invitation pleine de joie à l’optimisme de l’action.

 

Je vous remercie. »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s