Session du Conseil Départemental du Morbihan, porte parole de la majorité, retrouvez ci dessous mon discours 

Cette session est la première après les élections nationales que nous venons de vivre. L’actualité en reste vive après la victoire d’Emmanuel Macron à l’élection présidentielle confirmée nettement aux élections législatives, donnant ainsi au Président de la République une nette majorité parlementaire.

 

L’actualité en reste vive car elle impose une remise en question sur nos façons de penser, de faire et d’agir pour nos citoyens. Notre République a exprimé durant ce scrutin son besoin de se régénérer, quitte à appliquer sans gant le concept du « dégagisme ». 

 

Il est de notre devoir, nous élus, de réconcilier le citoyen avec le politique. C’est pourquoi il faut que l’ensemble de la classe politique française continue à s’engager sur la voie de l’exemplarité. Les évènements récents, les affaires, d’un bord à l’autre, continuent d’accentuer ce sentiment de rejet.

 

Si il faut réconcilier le citoyen avec le politique, et il faut aussi le faire avec l’administration.

 

Aujourd’hui, notre République a besoin de passer d’une culture administrative du simple respect des règles de procédure à une véritable culture de la concertation, d’écoute et de partage.

 

D’un schéma vertical à un schéma horizontal de notre rapport au citoyen, le besoin de proximité entre la décision politique et le citoyen, entre le besoin évoluant plus vite que par le passé et l’action publique. L’envie d’une démocratie plus participative, voilà l’enjeu exprimé.

 

Notre République a besoin d’appliquer une vision humaniste qui refuse les extrêmes. Les citoyens ont besoin de clarté. Lorsqu’ils ne se retrouvent plus nulle part, qu’ils ne se sentent ni écoutés, ni considérés, ils sont tentés de répondre aux sirènes des extrêmes qui surfent sur le malheur des gens pour prospérer. Se rapprocher de l’extrême gauche ou de l’extrême droite, s’allier avec tel ou tel représentant de ces bords est un mauvais calcul.

 

Les Français ont exprimé un message clair. Une envie de profond renouvellement. Le renouveau se traduit dans les visages, les idées et les pratiques. Nous devons écouter ce message et y répondre. Lors des dernières élections nationales, les jeunes ont déserté les urnes. C’est un message très inquiétant. Comment nous, acteurs politiques, pouvons-nous retrouver la confiance de la jeunesse ? Est-il acceptable qu’une partie de la Nation, son avenir, ne soit pas considérée dans notre Démocratie ? C’est le devoir des politiques, toutes tendances confondues, de préparer l’avenir, d’accompagner le renouvellement et de tendre la main vers la jeunesse, et non de s’en méfier. C’est un enjeu majeur pour retrouver la confiance des jeunes.

 

Un enjeu que nous avons compris, nous élus locaux mais qu’il nous faut mettre en musique tous les jours dans l’action publique…

 

Une nouvelle période s’ouvre donc.

 

Elle doit donner toutes ses chances aux territoires et aux collectivités locales. Elle va devoir permettre d’avancer enfin et de concrétiser sur les sujets pour lesquels la solidarité nationale doit jouer ; je pense notamment aux services publics.

 

Cela nous oblige d’une certaine manière à rassembler toutes nos énergies afin de porter et de faire vivre nos chantiers ; préparant aujourd’hui l’avenir et bâtissant intelligemment le Morbihan de demain.

 

Pour redonner confiance dans la vie politique, confiance dans l’action politique et confiance en ses élus, il est nécessaire que les élus départementaux fassent sentir aux Morbihannais à quel point cette confiance est réciproque, en leur donnant davantage la parole.

 

Je souhaite que les Morbihannaises et les Morbihannais entendent que l’ensemble des élus du Conseil départemental du Morbihan est mobilisé, nous pouvons relever ensemble des défis et contribuer à une dynamique au bénéfice de la population tout en redonnant à l’action politique, sa force et sa légitimité.

 

Notre institution a vocation à prendre toute sa place dans cette dynamique et dans le redressement de la France. Cela suppose que le Morbihan continue à prendre des engagements pour « faire bouger les choses », à réformer, et c’est le sens de cette session du 23 Juin qui contient plusieurs sujets importants. Cela suppose que le Gouvernement applique des décisions raisonnables sans changer les règles tous les quatre matins.

 

Nous présenterons durant cette session le rapport d’activité de notre collectivité. Ce document élaboré par les services est d’une grande qualité et d’une grande pédagogie. Il nous permet à la fois de relever les enjeux financiers de notre activité et de donner du sens politique à notre action publique.

 

Ce rapport d’activité montre une fois de plus que notre collectivité est bien gérée. Que nous avons su réformer nos dispositifs pour qu’ils soient le plus proches possible des besoins de nos administrés. Cette recherche d’efficience permet d’apporter un service public plus juste et de maitriser les finances publiques pour ne dépenser que ce qui est nécessaire.

 

Ce rapport d’activité est un véritable outil d’évaluation qui nous permet de matérialiser ce que l’on fait et de nous aider à définir ou redéfinir ce que l’on devrait faire et, par la suite, nous aider dans nos prises de décisions.

 

Des décisions que nous prendrons sans perdre nos valeurs. Nous mènerons des politiques dans le respect de chacun. Nous mènerons nos politiques publiques avec le souci de la bonne gestion des deniers publics comme nous le faisons depuis de très nombreuses années au Conseil départemental du Morbihan. Nous accompagnerons les Morbihannais pour contribuer à leur bien-être, à leur autonomie, sans laisser qui que ce soit sur le bord de la route. Nous le ferons dans un esprit de solidarité en privilégiant l’équité à l’égalitarisme. Nous le ferons dans un esprit de justice, en venant en aide à ceux qui en ont vraiment besoin afin de permettre à toutes et à tous de bénéficier des mêmes chances dans notre société. 

 

Le Département, c’est l’échelon qui incarne le mieux la solidarité. L’action sociale est l’une de nos principales compétences. Je ne vais bien entendu pas les détailler, vous les connaissez bien. Les handicaps, la dépendance et la gérontologie, la protection infantile et la petite enfance, et bien d’autres champs d’action sont des domaines dans lesquels le Département du Morbihan est présent, innove. Nos centres médico-sociaux et autres structures de proximité sont installés sur tout le territoire pour être au plus proche des Morbihannais.

 

Nous avons la chance de vivre dans un département qui comporte des pôles urbains, des zones rurales et des territoires insulaires. Comme vous le savez, ce n’est pas toujours simple d’être présent partout, mais le maillage territorial mis en place par le Conseil départemental permet d’être efficace auprès de tous les Morbihannais. 

 

La commune est la pierre angulaire de notre Démocratie et nous partageons tous cette même conviction : nos 256 communes, nos mairies, nos écoles et nos services publics de proximité constituent le socle essentiel de notre République.

 

Etre maire de sa commune est un mandat captivant, exigeant et profondément passionnant. Dans chaque mairie, les élus municipaux sont au contact direct de nos concitoyens pour les accompagner dans leurs projets tout au long de la vie. Les maires, adjoints et conseillers municipaux sont les bâtisseurs de la République, et par leurs actions, leur implication dans la vie de nos communes, améliorent chaque jour le quotidien des Morbihannaises et des Morbihannais.

 

Permettez-moi au nom de toute notre assemblée de leur rendre aujourd’hui un hommage appuyé, fort et sincère. Plus que jamais, les maires ont besoin de notre soutien. Plus que jamais, ils ont besoin du soutien du Département du Morbihan.

 

Nous n’avions pas attendu le vote de la loi NOTRe pour confirmer le Département du Morbihan dans son rôle de garant des solidarités humaines et territoriales.

 

Encourager les solidarités territoriales, c’est soutenir les projets des communes, permettre la réhabilitation d’une salle de sport, refaire la place du bourg, participer à la réhabilitation des réseaux d’eau et d’assainissement, sécuriser les accès routiers de la commune… Et dans ses propres compétences, le département encourage les solidarités territoriales par la modernisation, l’entretien et la sécurisation des routes départementales, la préservation de l’environnement et des ressources, la valorisation du patrimoine et des zones touristiques, et, bien entendu, par l’implantation équilibrée des collèges et le déploiement du Très-Haut-Débit sur l’ensemble du territoire.

 

Le Département du Morbihan se tient continuellement aux côtés des communes et des EPCI pour les accompagner et les aider dans leurs projets. Si nous le faisons, c’est que la bonne gestion de notre collectivité nous permet de dégager des budgets importants pour aider au développement et à l’investissement sur tout le territoire. Ce loin d’être le cas dans beaucoup de Départements en France. La solidarité territoriale est là encore une fois une marque de fabrique du Morbihan. Elle permet de rendre nos territoires plus attractifs.

 

Nous avons la chance de vivre dans un magnifique Département que des millions de personnes viennent visiter chaque année. 5ème département touristique de France, le Morbihan a su structurer son offre, développer des équipements structurants, professionnaliser l’accueil ou encore valoriser nos très nombreux atouts par des actions de marketing territorial qui ont contribué à faire de notre territoire une destination touristique incontournable.

 

Le Morbihan, notre Morbihan à tous, est plus que chaleureux, humain, plein d’envies, plein d’énergie, et nous nous devons, tous, d’être les premiers ambassadeurs de notre beau département.

 

Je vous remercie.

Orientations stratégiques en matière d’urbanisme (discours) #Ploemeur2030

 « Ploemeur 2030 ».
 
Il ne s’agit pas de faire de l’habillage sur différents projets diffus, mais bien de poser une réflexion globale sur l’avenir de notre ville et de son aménagement. Ce n’est pas seulement un projet d’élu, je souhaite, avec ma majorité municipale, que cela soit un projet citoyen. Chaque Ploemeurois a une façon bien à lui de vivre sa ville. Par nos différentes actions et politiques publiques, nous tâchons de percevoir ces ressentis pour repenser la ville en fonction des attentes légitimes de ses habitants, mais aussi des nouvelles pratiques et des nouveaux modes d’utilisation de l’espace public.
 
C’est donc avec une large concertation que nous avons décidé d’engager et que nous allons vous proposer dans ce bordereau.
 
Si la délibération en question ne pose que la problématique de l’aménagement du centre-ville, le reste de la commune n’est pas oubliée pour autant. Comme je vous l’ai dit, c’est une réflexion globale que nous comptons mener. Différents quartiers sont appelés à évoluer. J’entends par là de gros changements à accompagner notamment sur Kerroc’h et Fort-Bloqué. Ces deux quartiers n’ont pas eu les mêmes traitements que les autres durant ces dernières années. Ce n’est pas seulement une conviction personnelle, mais c’est le fruit de concertation et de rencontres. Lors des réunions de quartier de 2014 à celles qui viennent juste de se tenir, nous avons pu entendre les légitimes attentes de la population en matière d’aménagement de leurs lieux de vie.
 
Tout le monde ne se rend pas aux réunions de quartier, c’est pour ça que nous avons fait le choix d’étendre la concertation afin de recueillir l’avis du plus grand nombre. L’avis des plus jeunes nous intéresse aussi. C’est en ce sens que nous avons choisi comme thème pour l’événement jeunesse « Moi ma ville », l’idée de proposer aux enfants de dessiner la ville qu’ils souhaitaient. N’oublions pas que les décisions que nous prenons aujourd’hui marqueront le visage de la ville que nous leur laisserons demain. Prendre leurs aspirations en compte dès maintenant est une décision de bon sens.
 
Les projets immobiliers fleurissent sur toute la commune. Je reçois avec les élus et les services de nombreux porteurs de projets. Cela participe naturellement au renouvellement urbain de notre ville, porté tant par la ville que par des bailleurs sociaux et des porteurs de projets privés.
 
Le centre-ville regorge d’un potentiel de développement et de modernisation énorme. Bien sûr, nous aurons à l’esprit de garder l’esprit, le visage et l’authenticité de notre ville. Le déménagement des services techniques municipaux – rendu inévitable vu leur état et le respect qu’on doit aux agents qui y travaillent, mais aussi pour optimiser les services apportés à la population – permettra de dégager une vaste surface à aménager de 20 000 m² à Ty Néhué.
 
La rue de Larmor est en travaux, et sera complètement différente une fois les travaux terminés. Nous y aménageront des logements, sociaux et privés, afin de faire revenir des habitants en centre-ville, attirer des familles, libérer des pavillons et dynamiser le commerce.
 
Logements, commerces, services seront au rendez-vous de ce réaménagement du centre-ville. Nous nous devons d’apporter les services attendus par les Ploemeurois, mais aussi de créer les conditions favorables à l’accueil de nouvelles populations. C’est en ce sens que nous travaillons sur le prochain PLU.
 
Mais Ploemeur ne se cantonne pas à son centre-ville. Ploemeur 2030 est donc un projet à long terme qui englobe les différentes agglomérations.
 
Kerroc’h doit pouvoir bénéficier d’un renouveau, avec enfin un traitement de la place Kermabon. Comme nous avons pu le dire aux habitants lors de la réunion de quartrtier, nous réflechissons au réaménagement de cette place, en lien avec les questions de mobilité et avec les nécessités de centralité. Nous avons évoqué la possibilité de mettre en place une halle qui permettrait d’accueillir un marché semi couvert, permettrait de créer un lieu de rencontre et offrirait un lieu abrité pour celles et ceux qui attendent leur bus.
 
Du côté du Fort-Bloqué, quartier longtemps laissé de côté, nous avons inauguré une salle communale qui permettra d’offrir un lieu central pour l’animation et la vie du secteur. Mais là où nous devons porter une large réflexion, c’est l’aménagement du bord de mer. Nous avons pour vocation de dynamiser l’économie touristique sur notre commune, et le Fort-Bloqué a largement les atouts pour se développer. Nous avons mené une étude paysagère pour embellir le front de mer, mais c’est aussi l’aménagement de la place des goémoniers, le stationnement et la route qu’il convient de revoir. Des commerces pourraient voir le jour face à la mer, mais aussi dans les rues adjacentes.
 
Vous l’aurez compris, Ploemeur 2030 est un projet d’envergure auquel nous souhaitons associer largement la population pour créer demain le Ploemeur qui nous ressemble. Cette démarche vise à avoir une vision globale de l’aménagement de notre ville, afin qu’elle soit harmonieuse et équilibrée. Les bassins de vie doivent être respectés, les conditions de vie toujours améliorées, et nous devons créer un terreau favorable à l’accueil de nouvelles populations et à un développement économique soutenu.