CAUE56. Edition 2017 du Prix des Maisons du Morbihan (discours)


Quelques mots tout d’abord à propos du CAUE du Morbihan, Conseil en Architecture, Urbanisme et Environnement.
Ce CAUE, que je préside depuis 2015 est une structure dynamique et réactive dans son action. Toujours à l’écoute des besoins, la Directrice et l’équipe accomplissent un travail considérable et de qualité.
Pour l’illustrer, l’année 2017 a été marquée par :
– Un colloque sur les démarches participatives en février dernier, qui a rassemblé 180 participants
– Une formation sur les marchés publics, toujours en février qui a réuni une quarantaine de personnes, élus et techniciens
– L’édition d’une notice explicative sur la demande d’autorisation de construire (9100 + 4200) soit 13 300 exemplaires diffusés en mairies
– Environ 150 conseils prodigués cette année aux collectivités et sans cesse de nouvelles sollicitations.
– La poursuite d’actions socio-éducatives au sein des collèges morbihannais et la formation d’enseignants qui fait du CAUE un partenaire reconnu par l’éducation nationale dans le Parcours d’éducation artistique et culturelle des scolaires
– Le partenariat affirmé entre le CAUE et le Conseil Départemental sur les contrats d’attractivité touristique
– La candidature et la désignation du CAUE 56, comme un des 13 lauréats retenus sur 36 candidatures reçues du 2ème Appel à Manifestation en économie circulaire pour expérimenter le concept de permaculture en aménagement du territoire. L’ambition est de questionner le lien entre la permaculture et l’aménagement et/ou requalification des parcs d’activités pour parvenir à un fonctionnement vertueux d’un territoire.
– Le soutien apporté à 4 communes pour le montage de leur dossier sur « la dynamique des centres bourgs », appel à projet de la Région
– Enfin, l’organisation de cette 3ème édition du PRIX des Maisons du Morbihan, qui nous réunit aujourd’hui
 

Si ce n’est déjà fait, je vous invite à prendre connaissance des 19 candidatures retenues par le Jury, exposées dans cette salle pour l’occasion et qui sont par ailleurs mises en ligne sur notre site internet

 

Pour ce 3ème prix et sur proposition de la commission technique du CAUE, 3 catégories ont tout d’abord été validées par les 14 membres du JURY, la catégorie « Maisons groupées » ne comptant qu’un seul dossier.

– Maisons neuves : 10 dossiers

– Extensions-réhabilitation : 6 dossiers

– Maisons de moins 170 000€ : 2 dossiers

 

 

En rappel, les critères considérés par le JURY pour la désignation des lauréats :

– Contexte et choix du parti architectural 

– Création et mise en œuvre technique

– Cadre de vie et qualité d’usage

– Rapport qualité/prix :

– Enjeux environnementaux

 

 Au travers de ces critères, ont été promues les réalisations implantées de préférence sur de petites parcelles, plutôt en cœur de bourg ou en ville mais aussi dans des lotissements en tenant également compte des coûts, éléments transmis uniquement au JURY afin de promouvoir dans une vision réaliste, des opérations de référence qui tiennent compte du contexte général de production de logements dans le Morbihan.

 

Pour remercier tous les propriétaires et les maîtres d’œuvre ayant candidaté à cette édition 2017, nous offrons tout d’abord un cadeau symbolique à savoir une affiche A2, de la candidature mise en forme, que vous pouvez chacun, prendre ce soir.

 

Bien évidemment, nous actons la reconduction biannuelle de ce prix en 2019.

 

Il ne s’agit pas de faire un concours pour un concours, mais d’avoir une véritable stratégie pour l’architecture dans le Morbihan. L’architecture ne peut être uniquement réduite à l’exceptionnel, celle du grand œuvre et du grand geste. Il s’agit de soutenir et relever un monde professionnel brutalement atteint par la crise, la crise de la finance et la crise du bâti en le mettant en lumière ce soir.

 

 

Donner à chacun de nos concitoyens Morbihannais le droit de vivre dans un meilleur cadre de vie, ou dans un habitat transfiguré, parce qu’il a été imaginé, dessiné et réalisé par un architecte.

 

Ce concours vient reconnaître combien le talent des architectes et des maitres d’œuvre ayant le souci architectural est indispensable, en ce moment crucial, pour répondre aux défis que partagent tous les Morbihannais : le logement, la transition énergétique, l’amélioration du cadre de vie, le vieillissement des hommes et des pierres.

 

Elle vient répondre aux besoins d’une profession qui éprouve dans sa chair, comme beaucoup d’autres professions culturelles –rappelons que l’architecture relève du ministère de la culture- les grandes mutations qui s’opèrent aujourd’hui. Promouvoir l’architecture du quotidien, une architecture raisonnable et raisonnée. La catégorie de la maison de moins de 170.000€ est là pour nous rappeler qu’on peut faire beau et raisonnable.

 

Le lien entre l’architecture et la ville passe par les élus locaux, nous partageons cette volonté de donner du sens à l’espace dans lequel nous vivons, de le transformer et de faire face aux défis de notre temps.

 

Et nous ne pouvons le faire sans vous !

 

Dans un monde que nous souhaitons plus soutenable, durable et solidaire, tout bâtiment doit avoir plusieurs vies. Nous récompenserons donc durant cette cérémonie des biens réhabilités, améliorés, réinventés.

 

Réinventer l’architecture c’est penser à de nouvelles solutions architecturales pour le logement, relever à la fois le défi de la mutabilité du logement social, de la transition écologique point qui a fait l’objet de toute notre attention dans ce concours et de la transition démographique. Ne parle-t-on pas maintenant plus que de mixité sociale, de mixité intergénérationnelle ?

 

Même si nous pourrons admirer des réalisations architecturales, ce concours garde l’ambition de rendre l’architecture accessible à tous : c’est là encore sur le plan économique que nous avons porté notre attention. Car les porteurs de projets hésitent encore, trop souvent, à faire appel au CAUE et aux architectes. Certains croient, la plupart du temps par ignorance, que l’intervention d’un architecte viendra faire gonfler le prix d’un chantier, sans pour autant donner davantage de valeur à l’édifice qu’ils rénovent ou construisent.

 

Il nous faut prouver le contraire, montrer qu’à côté de l’amélioration évidente de leur cadre de vie, ils tireront aussi un bénéfice de votre intervention. Ce concours permet de mesurer en toute évidence le bénéfice qu’elle apporte à chacun.

 

Mes chers amis, notre souhait le plus profond dans l’organisation de ce concours est de rendre visible le travail des architectes et des maîtres d’œuvre. De faire en sorte que vous continuiez à réinventer notre habitat.

 

Pour conclure, je souhaite que vous continuiez en somme de faire ce que vous faites de mieux : non pas seulement transformer le quotidien – et c’est déjà beaucoup –, non pas seulement l’embellir – et c’est déjà essentiel –, mais donner du sens à l’espace quotidien dans lequel nous vivons.

 

Pour chaque lauréat, je vais remettre un trophée personnalisé, symbolisant ce prix, suite à un appel à projet en 2014, une création artistique d’Aurélie ABADIE & Samuel SAUQUES, Lauréats « jeunes créateurs » en DUO Atelier d’Art de France 2013 et 1er prix national SEMA- création contemporaine 2010.

 

Je vais donc citer et appeler chaque lauréat maître d’œuvre, pour leur remettre ce trophée en demandant à chacun de nous présenter l’objet de sa nomination en quelques minutes

 

6 lauréats ont été nommés par le plus grand nombre attribué de votes.

 

 

COUP DE COEUR DU JURY décerné à « Earth Wind and Fire » à Ploemeur

Maître d’œuvre : BERTIN BICHET Architectes à Lorient

 

 
Maisons neuves :

 

· 1er prix : « Entre Rue et Jardin» à Vannes

maître d’œuvre : LE NEILLON-REGENT Architectes Associés à Auray

 

· Mention bio / climatique: « Maison Bio / Climatique » à Auray

maître d’œuvre : Florence DEVERNAY à Inzinzac-Lochrist

 

 

Extensions Réhabilitations d’une habitation :

 

· 1er prix : « Autour du Patio » à Lorient

maître d’œuvre : ENTRE-SOLS d’Architecture à Lorient

 

· 2ème prix : « Maison de Famille » à Vannes

maître d’œuvre : Claire GALLAIS Architectures à Rennes

 

 

 

Maisons de moins de 170 000 € et d’au moins 80 m2 :

· 1er prix : « Maison JJ&S.M» à Nivillac

maître d’œuvre : Atelier MIMA à Nantes
Je voudrais remercier et féliciter tous les architectes qui ont concouru pour cette édition 2017.
 
Je voudrais aussi remercier et féliciter tous les maîtres d’ouvrage qui accordent de l’intérêt à l’architecture.
 
En conclusion, je remercie tous les maîtres d’ouvrage et maîtres d’œuvre qui ont participé à cette action qui n’aurait pas pu se faire sans eux, remercier l’équipe qui s’est investie sur cette action, Delphine DERVILLE, Frédérique FALLET, Patrick MOREL, tous les 3 architectes, Maude LEBLAY, assistante de direction, puis Mau GILLOURY-NANCEL, directrice qui tous les 5 ont contribué activement à sa réalisation.

Ploemeur 2030. Point chantier sur la rocade de Ploemeur

Les travaux avancent bien avec le réaménagement complet de l’Avenue Robert Schuman avec la création d’une voie vélo de 3m au nord et de stationnements au droit des propriétés. Le Boulevard Aristide Briand sera intégralement aménagé, avec la création d’une voie vélo de 3m de large au nord séparée de la circulation par des espaces vert.
Amélioration esthétique et confort pour la cyclistes avec la création d’une véritable voie vélo qui sera connectée à celle menant vers le Fort-Bloqué prochainement.


Ça bouge à Ploemeur !


#Ploemeur2030

Ploemeur. Travaux à Pennescluz

Aménagements d’une rampe d’accès à la voie verte, les travaux de terrassements sont bien avancés et nous entamerons la semaine prochaine la création d’une aire de covoiturage.
Les travaux de transformation de l’ancienne route départementale RD163 nous reliant via le Mourillon à la ville de Quéven pourraient commencer dans les prochains mois avec l’aide du conseil Départemental du Morbihan.
Notre territoire se transforme, se structure pour permettre le développement des modes de déplacements doux 🚲

Une histoire de France par les villes et villages de France 🇫🇷 

Nous venons de vivre ces dernières années différentes réformes sur l’organisation territoriale ainsi que sur la répartition des compétences. Ces changements, ces mutations, ont été peu accompagnées, voire précipitées. Les élus locaux n’ont pas toujours été écoutés.
On ne cesse d’entendre, ici et là, que le modèle des communes françaises est un vieux modèle, qu’il y a trop de communes, trop d’élus. Je ne suis pas d’accord avec ça. Nos 36 000 communes sont le socle de notre démocratie, le fondement de notre société et le seul lien indéfectible – pour le meilleur comme pour le pire – qui subsiste entre le citoyen et le politique. Je m’insurge quand je vois que l’on vide de plus en plus les communes de leurs substances pour les confier à des échelons administratifs supérieurs.
Nous les Maires, devons porter une parole forte à nos représentants nationaux pour défendre nos communes, nos singularités, nos spécificités. Bien entendu il faut mutualiser des services pour répondre au mieux aux besoins de nos populations et de nos territoires. Mais ces seuils d’efficacité ne peuvent être décidés unilatéralement sur le coin de table d’un Ministère.
Chaque territoire est unique. Laissons les territoires s’organiser au plus juste, sans laisser personne sur le bord de la route et cessons de noyer nos communes dans des intercommunalités trop grandes qui n’ont pas de sens, que ce soit par leurs bassins de populations ou pour leur cohérence territoriale.
J’y reviendrai plus tard, dans l’immédiat je vais me plonger dans le « l’histoire des villes et villages français » par François Baroin, Président de l’association des maires de France.