Mise en liquidation d’Aquastream, réaction de Ronan Loas

J’ai appris par voie de presse la fermeture de l’entreprise ploemeuroise Aquastream dont les murs appartiennent à Lorient agglomération.

Je ne peux qu’exprimer ma déception de voir disparaître une entreprise innovante de la filière halieutique, qui représente plusieurs emplois sur Ploemeur.

Au cours de l’été 2016, lors d’un échange avec la directrice, j’ai pris connaissance des difficultés de l’entreprise qui espérait alors se relever. Je me suis fendu d’un courrier au Président de l’agglomération le 6 juin dernier pour connaitre les dispositions que l’intercommunalité pouvait prendre pour venir en aide à Aquastream, notamment concernant le montant du loyer fixé, et l’accompagnement qu’elle pourrait apporter à cette entreprise.

Dans sa réponse du 29 juin, son Président m’a informé avoir pris des mesures avec l’entreprise pour réduire le loyer. Il a également chargé Audelor de les accompagner pour nouer de nouveaux partenariats en créant, notamment, une plaquette de présentation de leur activité. Ces actions auraient alors « permis d’établir une cinquantaine de contacts qui avaient besoin d’une période de réflexion avant de s’engager contractuellement ». Cet été, selon ce courrier du 29 juin, les signaux semblaient être au vert.

Suite aux déclarations du Vice-président au développement économique, j’espère sincèrement que le nécessaire sera fait pour que ne disparaisse pas cette filière d’excellence présente sur Ploemeur. Il faudra être vigilant à ce que les salariés qui vont se retrouver sans travail trouvent rapidement une solution avec un éventuel repreneur.

Je resterais très attentif aux suites données à ce dossier, notamment pour ce qui est d’une future reprise du site par une entreprise compétente et volontaire pour développer la recherche et la production d’alevins et de produits d’aquaculture. J’espère – contrairement à la gestion de ce dossier qui a manqué de transparence et d’implication de Lorient agglomération – être associé aux futures décisions.

Le dernier jeudi de Ploemeur s’est tenu hier soir Place Falquerho

Il faut féliciter et remercier toutes celles et ceux contribuant à cet événement estival qui nous est cher : agents de la ville, policiers municipaux, placiers, Service techniques, communication, saisonniers, Service culturel, équipes sons et lumières et les élu(e) référents. Un grand coup de chapeau aux commerçants qui nous ont régalé petits et grands gastronomes tous les Jeudis soirs. L’état d’urgence nous a mis la barre très haut mais nous avons su faire face pour que la fête continue.

Toutes ces petites mains invisibles mais sans qui cet événement pouvant regrouper jusqu’à 10.000 personnes ne pourrait se tenir. Merci à tous, bientôt la rentrée et surtout vive Ploemeur ! Bevet Plañvour!

Sortie du Royaume-Uni de la convention sur la pêche,une nouvelle inquiétante [communiqué de presse]

Le ministre de l’Environnement britannique, Michael Gove, a fait savoir il y a quelques jours qu’il avait l’intention de sortir de la convention sur la pêche de 1964. 

Cette convention, signée entre plusieurs pays, prévoit l’autorisation de la pêche dans une zone comprise entre six et douze milles au large des côtes des pays signataires.

 

Cette décision prise en marge du Brexit est très inquiétante pour la filière pêche du port de Lorient – Keroman, et de toute la Bretagne. De plus, elle est à mon sens parfaitement précipitée et doit être incluse dans les négociations qui se mènent actuellement sur la sortie du Royaume-Uni de l’Union européenne.

 

Cette décision est susceptible de fragiliser et de déstabiliser toute une filière française dont la zone de pêche s’étend jusqu’aux eaux britanniques. Ces zones peuvent représenter jusqu’à 50% du tonnage de notre pêche régionale.

 

Nous devons rester vigilants sur l’évolution des conditions de pêche dans les eaux britanniques qui pourraient – à terme – permettre aux Anglais de sélectionner leurs partenaires dans un cadre non-encore défini.

Révision Générale du Plan Local d’Urbanisme. Plan d’aménagement et de développement durable 

Dans la continuité de la délibération du conseil municipal du 5 avril 2017 ayant prescrit la révision du plan local d’urbanisme, il vous est proposé de débattre ce soir des orientations générales du PADD.
Aux termes de l’article L 151-5 du Code de l’urbanisme, le PADD définit les orientations générales des politiques d’aménagement, d’équipement, d’urbanisme, de paysage, de protection des espaces naturels, agricoles et forestiers, et de préservation ou de remise en bon état des continuités écologiques. 
Il arrête les orientations générales concernant l’habitat, les transports et les déplacements, les réseaux d’énergie, le développement des communications numériques, l’équipement commercial, le développement économique et les loisirs, retenues pour l’ensemble de la commune.

Il fixe les objectifs chiffrés de modération de la consommation de l’espace et de lutte contre l’étalement urbain. 
Conformément à l’article L 153-12 du Code de l’urbanisme, les orientations générales du PADD doivent être soumises au débat du conseil municipal, au plus tard deux mois avant l’examen du projet de plan local d’urbanisme. 
Les orientations générales du PADD s’articulent autour des axes suivants :

 Un habitat concentré pour un développement urbain équilibré et maitrisé

 Une dynamique économique et attractivité du territoire

 L’agriculture, une activité à conforter

 Des équipements qui accompagnent le développement de l’habitat et de l’économie

 Un environnement remarquable à préserver
Avant de débattre de ces orientations générales, je voudrais juste revenir quelques instants sur le diagnostic préalablement effectué avec le bureau d’études. 
Les constats issus du diagnostic montrent que sur la période 2008-2013, la construction de nouveaux logements n’a pas été accompagnée d’une hausse de la population. Mathématiquement le nombre d’habitants par logements a baissé, c’est le phénomène dit du « desserrement familial ».
De plus, la commune connaît un vieillissement prononcé de sa population depuis 1999. En 2013, l’indice de jeunesse (0,6) est inférieur à celui du département (0,83) et à celui du pays de Lorient (0,81).

Consciente que ces deux tendances orientent significativement le développement de la commune, Ploemeur souhaite impulser une action engagée et volontariste dans l’accueil des jeunes ménages et des familles.
Pour mettre en application ces ambitions, la commune n’a pas retenu les scénarii au fil de l’eau et modéré qui projetaient une perte ou une stabilisation de la population avec la continuité des tendances actuelles : desserrement des ménages + vieillissement des habitants.
Elle a retenu un scénario volontariste qui projette une croissance démographique de + 0,3 % annuelle soit 18 800 habitants à l’horizon 2028 et une production de 1110 logements sur la durée du PLU.
L’ambition de ce scénario réside non pas dans la forte production de logements ou l’accueil massif de nouveaux habitants mais bien dans une croissance démographique régulière qui repose sur deux critères principaux : 

– une inversion de la tendance du solde naturel : actuellement le solde naturel est négatif (-0,5 % / moyenne annuelle entre 2008-2013). Les orientations en terme d’habitat viseront à permettre l’accueil des familles et jeunes ménages pour atteindre un solde naturel positif.
– un desserrement des ménages maîtrisé : si la commune n’agit pas sur le phénomène de desserrement des ménages les projections tablent sur 1,7 personne par ménage. A travers les objectifs déclinés dans le PADD, Ploemeur souhaite maîtriser le processus de desserrement et maintenir le desserrement à 1,9 personne par ménage.
Outre ces deux critères principaux, le scénario démographique s’appuie sur le maintien de la part des résidences secondaires (15 %) et du taux de vacance (5 %).
Le diagnostic montre une stabilisation de la part des résidences secondaires de l’ordre de 15 % du parc de logement. Le taux de vacance est en nette augmentation depuis 1999 mais son taux autour de 5 % reste en dessous de la moyenne départementale (7 %). Malgré la hausse constatée, un taux de 5 % assure une bonne rotation au sein du parc.

À lire ici https://www.facebook.com/media/set/?set=a.1528308453888389.1073741828.134108556641726&type=3