Révision Générale du Plan Local d’Urbanisme. Plan d’aménagement et de développement durable 

Dans la continuité de la délibération du conseil municipal du 5 avril 2017 ayant prescrit la révision du plan local d’urbanisme, il vous est proposé de débattre ce soir des orientations générales du PADD.
Aux termes de l’article L 151-5 du Code de l’urbanisme, le PADD définit les orientations générales des politiques d’aménagement, d’équipement, d’urbanisme, de paysage, de protection des espaces naturels, agricoles et forestiers, et de préservation ou de remise en bon état des continuités écologiques. 
Il arrête les orientations générales concernant l’habitat, les transports et les déplacements, les réseaux d’énergie, le développement des communications numériques, l’équipement commercial, le développement économique et les loisirs, retenues pour l’ensemble de la commune.

Il fixe les objectifs chiffrés de modération de la consommation de l’espace et de lutte contre l’étalement urbain. 
Conformément à l’article L 153-12 du Code de l’urbanisme, les orientations générales du PADD doivent être soumises au débat du conseil municipal, au plus tard deux mois avant l’examen du projet de plan local d’urbanisme. 
Les orientations générales du PADD s’articulent autour des axes suivants :

 Un habitat concentré pour un développement urbain équilibré et maitrisé

 Une dynamique économique et attractivité du territoire

 L’agriculture, une activité à conforter

 Des équipements qui accompagnent le développement de l’habitat et de l’économie

 Un environnement remarquable à préserver
Avant de débattre de ces orientations générales, je voudrais juste revenir quelques instants sur le diagnostic préalablement effectué avec le bureau d’études. 
Les constats issus du diagnostic montrent que sur la période 2008-2013, la construction de nouveaux logements n’a pas été accompagnée d’une hausse de la population. Mathématiquement le nombre d’habitants par logements a baissé, c’est le phénomène dit du « desserrement familial ».
De plus, la commune connaît un vieillissement prononcé de sa population depuis 1999. En 2013, l’indice de jeunesse (0,6) est inférieur à celui du département (0,83) et à celui du pays de Lorient (0,81).

Consciente que ces deux tendances orientent significativement le développement de la commune, Ploemeur souhaite impulser une action engagée et volontariste dans l’accueil des jeunes ménages et des familles.
Pour mettre en application ces ambitions, la commune n’a pas retenu les scénarii au fil de l’eau et modéré qui projetaient une perte ou une stabilisation de la population avec la continuité des tendances actuelles : desserrement des ménages + vieillissement des habitants.
Elle a retenu un scénario volontariste qui projette une croissance démographique de + 0,3 % annuelle soit 18 800 habitants à l’horizon 2028 et une production de 1110 logements sur la durée du PLU.
L’ambition de ce scénario réside non pas dans la forte production de logements ou l’accueil massif de nouveaux habitants mais bien dans une croissance démographique régulière qui repose sur deux critères principaux : 

– une inversion de la tendance du solde naturel : actuellement le solde naturel est négatif (-0,5 % / moyenne annuelle entre 2008-2013). Les orientations en terme d’habitat viseront à permettre l’accueil des familles et jeunes ménages pour atteindre un solde naturel positif.
– un desserrement des ménages maîtrisé : si la commune n’agit pas sur le phénomène de desserrement des ménages les projections tablent sur 1,7 personne par ménage. A travers les objectifs déclinés dans le PADD, Ploemeur souhaite maîtriser le processus de desserrement et maintenir le desserrement à 1,9 personne par ménage.
Outre ces deux critères principaux, le scénario démographique s’appuie sur le maintien de la part des résidences secondaires (15 %) et du taux de vacance (5 %).
Le diagnostic montre une stabilisation de la part des résidences secondaires de l’ordre de 15 % du parc de logement. Le taux de vacance est en nette augmentation depuis 1999 mais son taux autour de 5 % reste en dessous de la moyenne départementale (7 %). Malgré la hausse constatée, un taux de 5 % assure une bonne rotation au sein du parc.

À lire ici https://www.facebook.com/media/set/?set=a.1528308453888389.1073741828.134108556641726&type=3

Rorh mez. Projet d’hôtel 4 étoiles sur Kerpape à Plœmeur

Présentation de l’espace existant 

L’emprise foncière sur laquelle est envisagée l’opération est située au Sud de la commune de Ploemeur, au lieu-dit RORH MEZ – Kerpape

 

Cette emprise est cadastrée en section ED sous les numéros 76 et 77 et classée en zone UC au plan local d’urbanisme de la commune de Ploemeur. Sa surface est d’environ 29 000 m2.

 

Cet espace foncier, actuellement libre de toute construction, se situe entre deux zones construites :

 

– à l’Ouest et au Nord : le Centre de rééducation fonctionnelle de Kerpape.

– à l’Est et au Sud : un village vacances et une zone résidentielle d’habitation.

Cette urbanisation est largement paysagée et arborée.

 

1.- PROJET D’HOTEL

Situé en partie SUD des parcelles, sur un terrain d’environ 4 700 m²

Nom du projet : RORH MEZ II

Composition du projet :

Classement envisagé : 4 étoiles

Nombre de chambres : 60

Equipement et prestations : Parking en sous-sol, 60 chambres, restaurant, bar, salles de réunions et séminaires, balnéo, piscine intérieure et extérieure

Emplois directs : entre 25 et 30 personnes

Hauteur Construction : 2 niveaux + rdc (identique aux niveaux actuels des bâtiments de Kerpape)

 

Commentaires : ce projet s’inscrit pleinement dans un contexte de dynamisation de l’attractivité touristique de la commune de Ploemeur et d’une manière générale de la côte Lorientaise, en venant compléter, sur un registre haut de gamme l’offre hôtelière du secteur. Ce projet s’oriente résolument vers une classification 4 étoiles, dans un environnement privilégié, avec une volonté d’offrir des prestations et des services de qualité. Balnéo, SPA, Salle de Fitness, salles de réunion et de séminaires, restaurant et services divers.

Cet ensemble répondra en outre à une forte demande, constante, des familles et parents des patients hospitalisés, souvent pour de longues durées, au centre de Rééducation Fonctionnelle de Kerpape géré par la Mutualité

 

 

1.- LOTISSMENT A USAGE D’HABITATION

Situé en partie SUD des parcelles, sur un terrain d’environ 22 500 m²

Nom du Projet : RORH MEZ I

Composition du projet :

– 16 terrains à bâtir sur superficie moyenne de 550 m² environ, ou seule une architecture résolument contemporaine, avec des toitures terrasse, sera autorisée sous le contrôle de l’architecte général du projet et d’une hauteur maximale de 7 m de telle sorte à s’inscrire parfaitement dans le paysage urbanisé existant,

 

– 2 Ilots d’environ 2 500 m² recevront respectivement un petit immeuble de 9 et 16 appartements, pour une offre adaptés aux personnes à mobilité réduite (pour tous les logements)

Leur construction s’inscrira dans une même veine architecturale et d’une hauteur maximale ne dépassant pas la volumétrie des bâtiments du centre de Kerpape et du projet futur hôtel (2 niveaux + RDC avec toiture terrasse

 

– 18 logement sociaux seront également réalisés sur une grande parcelle de terrain, d’une architecture comparable aux logements privés, une partie de ces logements sera prioritairement réservée soit directement à des personnes en hospitalisation de jour au centre de Kerpape et/ou à leurs familles ; c’est logements seront bien évidemment conçus et aménagés en partenariat avec les services spécialisés du Centre de rééducation.

Environnement

Les constructions avoisinantes présentent pour certaines une réelle qualité architecturale ; que ce soit pour le Centre de rééducation de Kerpape ou pour l’habitat résidentiel, des bâtiments offrent une architecture contemporaine qui s’intègre parfaitement au littoral maritime :

toiture terrasse, façade rythmée, qualité du détail, mise en valeur des matériaux etc.

L’environnement paysager est également qualitatif par la présence d’espèces telles que les pins maritimes ou les cyprès de Lambert.

 

Composition des constructions et du paysage

 

À l’image du Centre de Kerpape et des maisons avoisinantes nous composeront l’ensemble du bâti dans un environnement à l’image d’une pinède.

L’implantation des constructions et leurs systèmes d’accès concilient déplacement, paysage et voisinage.

L’aménagement d’espaces verts communs se fait en bordure Ouest sur le Centre de Kerpape pour adoucir la construction existante

 

Architecture des constructions

 

Dans un site qualitatif comme celui-ci, l’architecture doit accompagner le végétal et préserver les vues sur le paysage et l’océan.

Nous interviendrons sur le bâti de la façon suivante :

– traitement simple de la volumétrie

– rapport au site et adaptation à la pente naturelle du terrain

– proportion et échelle humaine

– rapport entre extérieur et intérieur