Révision Générale du Plan Local d’Urbanisme. Plan d’aménagement et de développement durable 

Dans la continuité de la délibération du conseil municipal du 5 avril 2017 ayant prescrit la révision du plan local d’urbanisme, il vous est proposé de débattre ce soir des orientations générales du PADD.
Aux termes de l’article L 151-5 du Code de l’urbanisme, le PADD définit les orientations générales des politiques d’aménagement, d’équipement, d’urbanisme, de paysage, de protection des espaces naturels, agricoles et forestiers, et de préservation ou de remise en bon état des continuités écologiques. 
Il arrête les orientations générales concernant l’habitat, les transports et les déplacements, les réseaux d’énergie, le développement des communications numériques, l’équipement commercial, le développement économique et les loisirs, retenues pour l’ensemble de la commune.

Il fixe les objectifs chiffrés de modération de la consommation de l’espace et de lutte contre l’étalement urbain. 
Conformément à l’article L 153-12 du Code de l’urbanisme, les orientations générales du PADD doivent être soumises au débat du conseil municipal, au plus tard deux mois avant l’examen du projet de plan local d’urbanisme. 
Les orientations générales du PADD s’articulent autour des axes suivants :

 Un habitat concentré pour un développement urbain équilibré et maitrisé

 Une dynamique économique et attractivité du territoire

 L’agriculture, une activité à conforter

 Des équipements qui accompagnent le développement de l’habitat et de l’économie

 Un environnement remarquable à préserver
Avant de débattre de ces orientations générales, je voudrais juste revenir quelques instants sur le diagnostic préalablement effectué avec le bureau d’études. 
Les constats issus du diagnostic montrent que sur la période 2008-2013, la construction de nouveaux logements n’a pas été accompagnée d’une hausse de la population. Mathématiquement le nombre d’habitants par logements a baissé, c’est le phénomène dit du « desserrement familial ».
De plus, la commune connaît un vieillissement prononcé de sa population depuis 1999. En 2013, l’indice de jeunesse (0,6) est inférieur à celui du département (0,83) et à celui du pays de Lorient (0,81).

Consciente que ces deux tendances orientent significativement le développement de la commune, Ploemeur souhaite impulser une action engagée et volontariste dans l’accueil des jeunes ménages et des familles.
Pour mettre en application ces ambitions, la commune n’a pas retenu les scénarii au fil de l’eau et modéré qui projetaient une perte ou une stabilisation de la population avec la continuité des tendances actuelles : desserrement des ménages + vieillissement des habitants.
Elle a retenu un scénario volontariste qui projette une croissance démographique de + 0,3 % annuelle soit 18 800 habitants à l’horizon 2028 et une production de 1110 logements sur la durée du PLU.
L’ambition de ce scénario réside non pas dans la forte production de logements ou l’accueil massif de nouveaux habitants mais bien dans une croissance démographique régulière qui repose sur deux critères principaux : 

– une inversion de la tendance du solde naturel : actuellement le solde naturel est négatif (-0,5 % / moyenne annuelle entre 2008-2013). Les orientations en terme d’habitat viseront à permettre l’accueil des familles et jeunes ménages pour atteindre un solde naturel positif.
– un desserrement des ménages maîtrisé : si la commune n’agit pas sur le phénomène de desserrement des ménages les projections tablent sur 1,7 personne par ménage. A travers les objectifs déclinés dans le PADD, Ploemeur souhaite maîtriser le processus de desserrement et maintenir le desserrement à 1,9 personne par ménage.
Outre ces deux critères principaux, le scénario démographique s’appuie sur le maintien de la part des résidences secondaires (15 %) et du taux de vacance (5 %).
Le diagnostic montre une stabilisation de la part des résidences secondaires de l’ordre de 15 % du parc de logement. Le taux de vacance est en nette augmentation depuis 1999 mais son taux autour de 5 % reste en dessous de la moyenne départementale (7 %). Malgré la hausse constatée, un taux de 5 % assure une bonne rotation au sein du parc.

À lire ici https://www.facebook.com/media/set/?set=a.1528308453888389.1073741828.134108556641726&type=3

Pardon de Saint Maudé


Lundi de la Pentecôte. L’occasion de se retrouver pour le pardon de Saint-Maudé célébré par Père Armel de la Monneraye. 

Cette fête clôt le temps pascal, qui dure sept semaines, et dont elle est le couronnement. L’occasion de se retrouver pour ce moment important et traditionnel breton entre culte et convivialité de la vie des villages de Keraude, le Divit et de Saint-Maudé.
 J’ai remercié l’association des amis de Saint-Maudé pour la valorisation et la vie qu’ils insufflent en La Chapelle. Bon lundi à toutes et à tous ! 

Orientations stratégiques en matière d’urbanisme (discours) #Ploemeur2030

 « Ploemeur 2030 ».
 
Il ne s’agit pas de faire de l’habillage sur différents projets diffus, mais bien de poser une réflexion globale sur l’avenir de notre ville et de son aménagement. Ce n’est pas seulement un projet d’élu, je souhaite, avec ma majorité municipale, que cela soit un projet citoyen. Chaque Ploemeurois a une façon bien à lui de vivre sa ville. Par nos différentes actions et politiques publiques, nous tâchons de percevoir ces ressentis pour repenser la ville en fonction des attentes légitimes de ses habitants, mais aussi des nouvelles pratiques et des nouveaux modes d’utilisation de l’espace public.
 
C’est donc avec une large concertation que nous avons décidé d’engager et que nous allons vous proposer dans ce bordereau.
 
Si la délibération en question ne pose que la problématique de l’aménagement du centre-ville, le reste de la commune n’est pas oubliée pour autant. Comme je vous l’ai dit, c’est une réflexion globale que nous comptons mener. Différents quartiers sont appelés à évoluer. J’entends par là de gros changements à accompagner notamment sur Kerroc’h et Fort-Bloqué. Ces deux quartiers n’ont pas eu les mêmes traitements que les autres durant ces dernières années. Ce n’est pas seulement une conviction personnelle, mais c’est le fruit de concertation et de rencontres. Lors des réunions de quartier de 2014 à celles qui viennent juste de se tenir, nous avons pu entendre les légitimes attentes de la population en matière d’aménagement de leurs lieux de vie.
 
Tout le monde ne se rend pas aux réunions de quartier, c’est pour ça que nous avons fait le choix d’étendre la concertation afin de recueillir l’avis du plus grand nombre. L’avis des plus jeunes nous intéresse aussi. C’est en ce sens que nous avons choisi comme thème pour l’événement jeunesse « Moi ma ville », l’idée de proposer aux enfants de dessiner la ville qu’ils souhaitaient. N’oublions pas que les décisions que nous prenons aujourd’hui marqueront le visage de la ville que nous leur laisserons demain. Prendre leurs aspirations en compte dès maintenant est une décision de bon sens.
 
Les projets immobiliers fleurissent sur toute la commune. Je reçois avec les élus et les services de nombreux porteurs de projets. Cela participe naturellement au renouvellement urbain de notre ville, porté tant par la ville que par des bailleurs sociaux et des porteurs de projets privés.
 
Le centre-ville regorge d’un potentiel de développement et de modernisation énorme. Bien sûr, nous aurons à l’esprit de garder l’esprit, le visage et l’authenticité de notre ville. Le déménagement des services techniques municipaux – rendu inévitable vu leur état et le respect qu’on doit aux agents qui y travaillent, mais aussi pour optimiser les services apportés à la population – permettra de dégager une vaste surface à aménager de 20 000 m² à Ty Néhué.
 
La rue de Larmor est en travaux, et sera complètement différente une fois les travaux terminés. Nous y aménageront des logements, sociaux et privés, afin de faire revenir des habitants en centre-ville, attirer des familles, libérer des pavillons et dynamiser le commerce.
 
Logements, commerces, services seront au rendez-vous de ce réaménagement du centre-ville. Nous nous devons d’apporter les services attendus par les Ploemeurois, mais aussi de créer les conditions favorables à l’accueil de nouvelles populations. C’est en ce sens que nous travaillons sur le prochain PLU.
 
Mais Ploemeur ne se cantonne pas à son centre-ville. Ploemeur 2030 est donc un projet à long terme qui englobe les différentes agglomérations.
 
Kerroc’h doit pouvoir bénéficier d’un renouveau, avec enfin un traitement de la place Kermabon. Comme nous avons pu le dire aux habitants lors de la réunion de quartrtier, nous réflechissons au réaménagement de cette place, en lien avec les questions de mobilité et avec les nécessités de centralité. Nous avons évoqué la possibilité de mettre en place une halle qui permettrait d’accueillir un marché semi couvert, permettrait de créer un lieu de rencontre et offrirait un lieu abrité pour celles et ceux qui attendent leur bus.
 
Du côté du Fort-Bloqué, quartier longtemps laissé de côté, nous avons inauguré une salle communale qui permettra d’offrir un lieu central pour l’animation et la vie du secteur. Mais là où nous devons porter une large réflexion, c’est l’aménagement du bord de mer. Nous avons pour vocation de dynamiser l’économie touristique sur notre commune, et le Fort-Bloqué a largement les atouts pour se développer. Nous avons mené une étude paysagère pour embellir le front de mer, mais c’est aussi l’aménagement de la place des goémoniers, le stationnement et la route qu’il convient de revoir. Des commerces pourraient voir le jour face à la mer, mais aussi dans les rues adjacentes.
 
Vous l’aurez compris, Ploemeur 2030 est un projet d’envergure auquel nous souhaitons associer largement la population pour créer demain le Ploemeur qui nous ressemble. Cette démarche vise à avoir une vision globale de l’aménagement de notre ville, afin qu’elle soit harmonieuse et équilibrée. Les bassins de vie doivent être respectés, les conditions de vie toujours améliorées, et nous devons créer un terreau favorable à l’accueil de nouvelles populations et à un développement économique soutenu.